Légende des 12 signes astrologiques chinois

La légende des douze signes est un sujet intéressant combinant mythologie et références classiques. Leur ordre est le suivant : rat, buffle, tigre, lapin, dragon, serpent, cheval, chèvre, singe, coq, chien et cochon.

nouveau-regard-sur-la-chine

Pourquoi le rat, le plus petit parmi les douze, est-il classé avant les autres animaux ? Par rapport à la force du buffle, la férocité du tigre, la divinité du dragon, le dynamisme du cheval, le rat ne fait pas le poids dans la balance. Et puis, si nous parlons de l’endurance du buffle, de la douceur du pelage du lapin, de l’extravagance de la chèvre et de l’honnêteté du cochon, tout cela n’a pas de rapport avec le rat.

La question de l’ordre reste un mystère. Selon la légende, durant le règne de l’Empereur Jaune, environ 2 700 ans avant J.-C., les Chinois utilisaient le système des dix tiges célestes et des douze branches terrestres pour noter les années, trop complexe pour le peuple. Quelqu’un proposa alors d’employer les animaux pour noter les années. L’Empereur Jaune accepta.

L’annonce fut donc diffusée. Conviés en tant que candidats à la date du 1er janvier de l’année suivante, tous les animaux se rendirent au point de rencontre.

Le buffle savait bien qu’il ne se déplaçait pas aussi vite que les autres. La veille, le soir du 30 décembre (attention, c’est en calendrier chinois ici), il partit de chez lui et arriva le lendemain le premier, suivi par le tigre, le lapin, le dragon puis arrivèrent le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien, le cochon et le rat.signes astrologiques nouveau-regard-sur-la-chineDoté d’écailles éblouissantes, d’une paire d’yeux flamboyants ainsi que des poils argentés et d’une barbe dorée, sans écarter ses jambes de tigre et ses griffes d’aigle, le dragon est un animal emblématique du peuple chinois. De son palais au fond des océans, il peut s’élever sans effort au-dessus des nuages et pérégriner sur les brouillards. Son seul souci : sa tête décharnée. Lorsque le dragon remonta de la surface d’eau afin de se rendre au concours, il aperçut un coq habillé de jolies plumes et coiffé de deux cornes magnifiques. Le dragon tomba sous le charme et demanda au gallinacé de lui prêter ces deux somptueux ornements. Ce dernier répondit par la négative : « demain je vais participer au concours de beauté des animaux et j’aurais besoin de mes cornes ». Le dragon l’amadoua : « rien qu’avec tes jolies plumes, tu obtiendras une belle place. Les cornes restent superflues à côté des plumes ». Flatté, le coq était prêt à se laisser attendrir mais il hésitait encore. A ce moment-là, un mille-pattes s’approcha et dit : « Frère coq, laisse-lui tes cornes. Si tu n’es pas rassuré, je peux me porter garant ». Le coq l’écouta et donna ses cornes. Le dragon ravi promit de les lui rendre après le concours.

Les deux amis le rat et le chat s’apprêtaient également à aller au concours. Peu matinal, le chat demanda au rongeur de le réveiller le lendemain matin. Ce dernier accepta : « Sans problème, tu peux compter sur moi ». Ainsi tranquillisé, le chat s’endormit. Lorsque le rat se réveilla, il n’était pas très tôt. Il voulut aller réveiller le chat mais celui-ci dormait profondément. Une idée traversa alors l’esprit du rongeur : « Autant avoir un concurrent en moins ! » Il partit seul et arriva le dernier.

Tous les animaux étaient donc présents au concours : ceux qui volent dans le ciel, ceux qui courent sur sol et ceux qui nagent dans  la mer. L’Empereur Jaune se chargea de sélectionner douze animaux et de les mettre dans l’ordre. Pour dix entre d’eux régna l’ordre d’arrivée. En revanche pour le buffle et le rat, l’Empereur se dit : « le buffle n’est pas aussi malin mais est robuste. De plus il est arrivé en premier, je vais donc l’y laisser. Le rat ne ressemble à rien et est arrivé le plus tardivement, il sera le dernier ». Lorsqu’il annonça cette décision, le rat sauta devant l’Empereur en répliquant : « si vous parlez de taille, je suis le plus grand. Si vous ne me croyez pas, vous n’avez qu’à demander aux gens ». L’Empereur le trouva ridicule : « puisque nous faisons ce concours pour eux, nous allons demander leur avis ».

Les douze animaux partirent donc en défilé dans la rue. Lorsque les gens virent le buffle, ils vinrent lui toucher la tête ou le dos gentiment accompagné de quelques compliments, mais personne ne dit qu’il était grand. A ce moment-là, le rat sauta sur le dos du buffle, ce qui effraya la foule. Une personne cria : « d’où vient ce rat immense ? » Par cette phrase, l’Empereur dut s’incliner et plaça le rat en premier, devant le buffle.

Sélectionné et classé en premier, le rat devint très fier. Lorsqu’il fut de retour à la maison, le chat se réveilla. Ce dernier écouta le vantard, en devint fou de rage et tenta de s’en emparer. Par sa faute le félin avait manqué l’évènement. Depuis ce jour, le chat et le rat sont des ennemis jurés.

Classé bon dernier après le dragon, le coq n’était pas convaincu de son sort, regrettant amèrement son prêt de cornes. Après le concours, il se précipita donc afin de récupérer son bien. N’ignorant pas sa promesse mais refusant de s’y plier, le dragon se jeta à la mer et y disparut. Le coq qui ne savait pas nager n’eut d’autre solution que d’aller voir le garant, le mille-pattes. Ce dernier affirma qu’il fallait régler le conflit entre eux et n’ayant pas autre issue à proposer, se cacha dans le sol. Jusqu’à aujourd’hui, le coq n’a pas pu récupérer ses cornes mais possède seulement une crête d’un fort beau rouge. Il se réveille tôt chaque matin, grimpe sur un monticule et crie : « Frère dragon, rends-moi mes cornes ! » Et dès qu’il peut, il gratte le sol avec ses pattes pour chercher le mille-pattes !

Après la légende, voici un tableau pour vous aider à savoir quel est votre signe astrologique chinois. Comme les années chinoises sont en décalage avec le calendrier grégorien, le début de chaque année est précisé afin d’enlever tout doute concernant les personnes nées entre mi-janvier et mi-février. Pour les autres, la tâche est plus aisée car chaque signe revient toutes les douze années. Par exemple, si vous êtes né entre le 28 janvier 1960 et le 14 février 1961, votre signe est le rat.

 

Donnez votre avis