Grand arbre attire du vent, gros cochon attend l’abattement

Les proverbes, reflet de l’inconscient collectif, sont d’un grand intérêt, raison pour laquelle a été choisi ce titre un peu surprenant. Il existe une version variante : la renommée attire les tracas aux hommes tout comme l’engraissement le fait aux cochons !

Toutes les sociétés ont un cadre à respecter. La contrainte sociale est beaucoup plus accentuée en Chine qu’en France. Vous êtes tenu de vous comporter comme autrui tout en cherchant à être meilleur… subtile, non?

Afin d’illustrer ce proverbe je vais aborder un aspect majeur de l’existence des habitants de ce vaste pays.

Partout en Asie, les gens veulent « caser » leurs célibataires et à l’heure actuelle prévaut une notion de normalité concernant l’âge de mariage, non-dite bien sûr, vers les vingt-six ans. Passé cette date, l’inquiétude grandit dans l’entourage qui se mobilise. Avez-vous déjà vu des reportages sur le Parc du Peuple à Shanghai, grand lieu de rencontres où les parents distribuent ou échangent le ‘CV’ de leur progéniture dans le but d’obtenir un futur rendez-vous ? Rester célibataire est un véritable combat en Chine. La famille, les amis voire les collègues au travail ne supportent pas l’existence d’une personne seule. Depuis quelques années, le 11 novembre symbolisant un groupe de « branches sèches », comme sont désignés les célibataires, devient une fête dédiée à ces derniers. Des gens sont prêts à se marier précipitamment sous la pression mais une nouveauté vient d’éclore : la location d’un partenaire durant le Nouvel An pour faire taire les proches…

A y regarder de plus près, les rencontres arrangées sont des rendez-vous d’affaires ! Chaque partie sort sa liste de critères : âge, métier, salaire, appartement (précisions dignes d’agence immobilière), agencement intérieur y compris les électroménagers, voiture (type, marque) et une priorité absolue à savoir si les parents sont vivants ou décédés, le poids à évaluer… le mariage n’est pas l’affaire de deux individus uniquement…en voici un exemple.

Un membre de ma famille s’est marié à vingt-huit ans parce que « l’âge conventionnel était tombé »… pour divorcer quatre mois plus tard avant d’avoir emménagé ensemble et annoncé leur mariage ! Certes nous ne sommes plus à l’époque où les jeunes femmes enceintes décidaient déjà de l’union de leurs progénitures respectives mais les personnes âgées perpétuent l’idée que la vie commune développe les sentiments.

Sans famille en France depuis l’âge de vingt-trois ans, j’étais relativement épargnée de cette pression. Ayant largement dépassé « l’âge conventionnel », mon entourage, la sœur cadette de mon père par exemple, nourrit, devant ce célibat prolongé, l’idée d’une tare physique ou psychologique à mon égard. Chacun doit s’y conformer à la règle mais que faire si le destin vous a affublé d’une grande taille ou un embonpoint conséquent pour pouvoir entrer dans la « normalité » ?

Même résidant à des milliers de kilomètres d’eux, mes parents ont inlassablement tenté de me vanter le charme de multiples candidats, y compris un sino-américain simplement parce que ce dernier s’avérait être le fils d’une amie d’une lointaine connaissance. En vacances en Chine il y a quelques mois, je reçus un appel d’une personne empressée d’organiser une rencontre avec un quidam fils célibataire d’une partenaire lors d’une partie de majong, un parfait inconnu peut-être déjà divorcé trois fois et nanti de deux gosses. Les rencontres peuvent-elles s’organiser comme celle de deux cochons dans une ferme ?

Curieusement cette effervescence prend fin au mariage. L’important est de convoler, de ne pas rester seul comme si le célibat était un virus mortel base de l’éventuelle destruction de la Terre. A partir du jour du mariage, le prince et la princesse vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants. Fin d’histoire.

Lorsque nous refusons ou ne pouvons pas être semblable à notre voisin, l’avenir s’annonce compliqué. Tout comme l’arbre plus grand que les autres prend à lui seul le vent qui frappe la forêt et le plus gros cochon d’une ferme sera abattu.

1 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Gérardrépondre
janvier 03, 2018 à 06:01

Arrête toi Zébulon…je suis du signe du cochon…Bon ceci étant dit, j’ai envoyé tes coordonnées sur mon FBook…en espérant que cela incite d’autres personnes à te « visiter ».

Publier une réponse